Blendle : le micropaiement pourrait-il améliorer le journalisme ?

Logo de The Washington Post

Logo du Washington Post

Le fondateur de Blendle stipule que les actualités virales ne sont pas sujettes aux micropaiements. Les gens ne vont pas payer pour quelque chose qu’ils peuvent trouver partout. C’est la raison pour laquelle l’entreprise spécialisée en journalisme propose des analyses et interviews au lieu d’actus uniquement. La firme compte déjà des partenaires de renom à sa liste. Parmi, on retrouve le Washington Post (site en anglais) et Wall Street Journal, entre autres.